Journal du Chablais 26-03-1999

Le patrimoine artistique du Chablais

Le Musée du Chablais consacre sa nouvelle exposition aux peintres chablaisiens de 1850 à 1950

Demain, s'ouvrira au Musée du Chablais une exposition consacrée aux peintres chablaisiens (1850-1950). Cinq étudiants en histoire de l'art de l'Université de Lauanne ont travaillé sur la production artistique locale et ont monté, avec la conservatice Anne Bielman, une exposition divisée en quatre thèmes, soit l'orientalisme, les arts appliqués, le paysage de montagne et le portrait. On y découvre le patrimoine artistique chablaisien des années 1850-1950 au travers de peintres locaux dont certains sont forts connus (Frédéric Rouge, Auguste Veillon, Marcel Amiguet, Albert Morerod-Triphon, Aimé Nicollerat, François Birbaum).

Pleins feux sur l'orientalisme

Le visiteur sera certainement surpris de constater que la production de plusieurs peintres chablaisiens relève de l'orientalisme. C'est pourquoi une large place du Musée du Chablais est consacrée à ce courant pictural d'importance. Succédant aux modes de la chinoisierie et de la turquerie, héritier de la tradition du voyage pittoresque, l'orientalisme s'est tout d'abord développé en France sous l'effet de la campagne napoléonienne d'Egypte (1798-1799), de la libération des Grecs du joug ottoman en 1821, puis de la conquête d'Algérie en 1830. Le rôle de la culture française fut déterminant pour les artistes romands qui, faute d'académie, étaient obligés de s'expatrier pour se former. Ils choisirent Paris, tandis que les Alémaniques se dirigèrent vers Munich ou Düsseldorf.

Le Chablais, région éloignée des centres artistiques, n'échappas à la règle. C'est ainsi que l'atelier d'Eugène Fromentin, l'un des principaux représentants de courant après Delacroix, accueillit Auguste Veillon (1834-1890), dont la carrière fut rythmée par sept voyages au Proche-Orient. Il en rapporta de nombreuses études, qui servirent à l'élaboration de toiles de grand format. Aimé Nicollerat (1876-1946), lui aussi natif de Bex, a été séduit par l'Egypte. Quant à Marcel Amiguet (1891-1958), né à Ollon et formé à Paris, son périple l'a conduit en Extrême-Orient, jusqu'en Inde, à la poursuite d'un rêve des Mille et Une Nuits.

Le paysage de montagne

Au contraire de l'orientalisme, on ne sera pas surpris de découvrir dans cette exposition chablaisienne des paysages de montagne. Si la production, d'Auguste Veillon notamment, concernait surtout l'Oberland bernois, elle s'est vite étendu aux autres régions montagneuses. Une iconographie chablaisienne s'est ainsi développée dès la fin du XVIIIe siècle, lorsque le tourisme a fait son apparition dans la région. L'imagerie locale se concentrait alors principalement sur les Dents-du-Midi, toile de fonds inévitable de la ville de Bex et de ses environs.

On relèvera à ce propos, que comme la plupart des peintres de cette époque proviennent du Chablais vaudois, les étudiants ont préparé, à propos du Chablais valaisan, un espace dévolu aux Dents-du-Midi vues depuis la rive vaudoise du Rhône.

Enfin, le Musée du Chablais consacre encore d'autres espaces aux arts appliqués (affiches, cartes postales, etc.), tant il est vrai que certains peintres ne pouvaient vivre de leur art, et aux portraits. Frédéric Rouge (1867-1950), Albert Morerod-Triphon (1871-1948) et Marcel Amiguet ont pratiqué tous les genres de portrait. Si les deux premiers manifestèrent une prédilection pour le pittoresque régional, le dernier s'est aussi fait une réputation dans les registres mondains et exotique.

Olivier Rausis.

L'exposition «Peintres du Chablais (1850-1950)» au Musée du Chablais à Bex est ouverte tous les jours, de 14h à 17h, du 26 mars au 15 novembre 1999. Des billets combinés avec la visite des Mines de el et/ou de Bex & Arts 99 sont disponibles.

Fréquentation en hausse

On rappellera que le Musée du Chablais, sis au-dessus de la poste de Bex, a été créé en 1997 par la Fédération des Associations historiques du Chablais. Chaque année, ces associations montent une exposition en rapport avec la région. Pour sa 2e année d'existence, en 1998, le musée proposait une exposition sur les métiers d'autrefois. Il a connu une fréquentation réjouissante puisque 1'500 visiteurs s'y sont arrêtés, dont un nombre croissant de classes et de groupes.

A noter que Mme Véronique Vuilloud de Choëx a été nommée conservatrice-adjointe de Mme Anne Bielmann. Pour des raisons professionnelles, cette dernière lui cédera d'ailleurs bientôt sa place.

Enfin, on signalera la possibilité d'acquérir un billet combiné donnant accès tant au Musée du Chablais, qu'aux mines de sel et à l'exposition Bex & Arts 99. Ce billet aura l'avantage d'être valable durant tout l'été.

O.R.

Revue de presse