Le Nouvelliste 16-08-2006

Léguez un objet à la postérité

MASSONGEX - BEX Le Musée du Chablais récolte des choses données par les visiteurs d'un exposition originale. Pour les enterrer au pied d'un sablier géant.

«A peine entré dans le musée, le visiteur de trouve dans une croix suisse», commente Sandrina Cirafici. La conservatrice du Musée historique du Chablais, archéologue de formation, propose actuellement une exposition étonnante et détonnante sur l'histoire de la région. Rien de poussiéreux dans cette présentation intitulée «Y en a point comme nous. nos ancêtres les Celtes... et les Romains.» Au contraire, on s'amuse beaucoup en visitant le parcours proposé.

Grâce à cette exposition et notamment aux objets légués nos ancêtres, on se découvre issus d'un métissage entre Nantuates et Romains. Des choses, parfois exposées pour la première fois, comme cette boucle d'oreille trouvée à Massongex, racontent notre histoire. Et le visiteur a la possibilité de déposer au musée un objet de son choix, représentatif, à ses yeux, de notre patrimoine actuel. Pour offrir aux archéologues du futur nos tranches de vie à nous !

Petits objets svp !

La conservatrice souhaite recevoir des symboles de petite taille, car la sélection choisie devra ensuite trouver place dans un cube de résine transparente de cinquante centimètres de côté. Ce témoin figé de notre époque sera ensuite placé définitivement au pied du célèbre sablier géant de Massongex. Tout un symbole, cet appareil ayant été construit pour marquer le passage dans le nouveau millénaire (voir dans cette page). La récolte n'en est qu'à ses débuts. Mais aussi bien des adultes que des enfants ont déjà permis au musée de réaliser une première moisson intéressante d'une trentaine de dons. On trouve pêle-mêle une canette miniature de Coca, une bouteille de thé froid Nestea, une broche du 1er Août en forme de papillon avec la croix suisse, un tube de rouge à lèvres, une brosse à dents ou encore une petite vache suisse en céramique. Une jeune femme blonde a contribué avec une mèche de cheveux.

Les enfants ont apportés diverses figurines. Cela va de batman au Seigneur des Anneaux, en passant par un soldat en plastique vert et Mickey. «Ce choix permet de constater qu'un futur vestige pour les générations à venir n'est souvent qu'un déchet pour notre époque. Je pense à la bouteille vide de Nestea. Aujourd'hui, nous sacralisons souvent des choses découvertes dans les poubelles. Nous nous extasions devant une assiette ébréchée trouvée à Massongex. A l'époque, son propriétaire l'avait jetée. S'il voyait son assiette en vitrine au musée, il rigolerait.»

C'est d'ailleurs la démarche présentée dans la dernière partie de l'exposition «Y en a point comme nous...». «Avec cette manifestation, nous avons imaginé un chantier de fouille réalisé par des archéologues dans mille ans. On y trouve nos objets de tous les jours, avec leur durée de vie souvent étonnante. Le pastique peut se conserver dans la terre jusqu'à un millénaire, la céramique 8000 ans !», indique Sandrina Cirafici.

Horaires et prix

Le Musée historique du Chablais se situe sur la place du Marché, au-dessus de la Poste, à Bex.
Exposition «Y en a point comme nous» jusqu'au 30 novembre. Tous les jours de 14h à 17h.
Prix; 5 francs par adulte. En prime deux animations sont organisées chaque semaine. «Archéologues en herbe (7 à 12 ans)» les samedis de 14h à 15h (10 francs). «Contes» samedi et dimanche de 15h à 16h (8 francs par enfant)
Inscription sur www.museeduchablais.ch

 

Au pied  du sablier

MASSONGEX La machine géante créée pour l'an 2000 accueillera le butin du Musée du Chablais.

C'est donc au pied du sablier de Massongex que sera placé le cube de résine contenant les «trésors» reçus par le Musée du Chablais. Créée par des jeunes de MAssongex pour l'an 2000, avec l'aide de l'Ecole valaisanne d'ingénieurs, cette étonnante réalisation égrène les jours qui passent grâce à 366 sphères. Chaque 31 décembre, la commission des manifestations retourne le sablier pour remonter les sphères au sommet de l'appareil. Reste à faire tomber manuellement la 366e boule chaque année non bissextile.

Il avait fallu deux ans de travail acharné pour réaliser ce projet. Une réalisation voulue par la commune de Massongex pour marquer de manière originale et durable le passage dans le nouveau millénaire. D'une hauteur de 3,5 mètres, posé sur une structure en métal et béton, cette création, qui a l'aspect d'une tout crénelée comme sur l'écusson communal, fait appel à du verre de sécurité. Le principe est simple: le sablier contient, non pas du sable, mais 366 sphères d'aluminium. Chaque jour, une unité tombe dans la partie basse de la construction.

A l'époque de leur conception, les sphères avaient une fâcheuse tendance à faire bouchon avant l'étranglement situé au milieu du sablier. Car à la différence des grains de sable, ces boules étaient toutes de taille identique. Et mis à part une petite révision, il fonctionne à merveille depuis, confirme le vice-président de la commune Martial Gollut.

A noter que chacune des 366 sphères porte le nom d'un donateur de l'époque. Ce qui fait autant de pistes à suivre pour les archéologues du futur...

Revue de presse