La Liberté 20-10-2006

Objets du quotidien et petits mots offerts aux archéologues du futur

BEX-MASSONGEX Un trésor sera enterré demain par le Musée historique du Chablais. Composés d'objets d'aujourd'hui, il est destiné à n'être découvert que dans 500 ans.

Les archéologues des années 2500 se poseront bien des questions sur la vie des Chablaisiens du XXIe siècle. A l'initiative du Musée historique de Bex, environ 300 objets des plus divers ont été apportés par les habitants de la région et seront enterrés demain à Massongex, de l'autre côté du Rhône.

Ces «legs aux archéologues du futur» sont même un peu coquins pour certains: d'une brosse à dents à un string en passant par un préservatif, du rouge à lèvres, des médicaments, des crayons des stylos, des photos, de la monnaie, des poupées, une souris d'ordinateur, des téléphones portables et tant d'autres.

Sandrina Cirafici, conservatrice, explique que tous ces objets ont été scellés dans de longs tubes en verre. Et demain, lors d'une grande fête celte et romaine, ils seront enterrés dans un sarcophage en béton au pied d'un sablier géant. «Parce que Massongex était la capitale des Celtes du Chablais dans l'Antiquité», précise-t-elle. Une plaque en métal indiquera aux archéologues du futur la date à laquelle il faudra ouvrir le sarcophage: le 21 octobre 2506.

Petits et grands ont voulu laisser une trace de leur époque. Certaines classes ont réfléchi à des sujets d'actualité, comme les animaux en voie de disparition et les éoliennes, «ce qui les a fait réfléchir sur le futur de la planète». Des petits mots accompagnent certains objets des enfants, comme «ce sont mes lunettes pour corriger mon strabisme» ou «mon meilleur copain s'appelle Robin».

Ecolière de 10 ans, Alexia Trombert a écrit une lettre avec une copine. «Nous avons raconté qui nous sommes et ce que nous voulons faire plus tard. Nous avons ajouté une photo d'un ordinateur et des photos de notre village. Mais les gens du futur ne comprendront peut-être pas ce que nous avons donné, parceque nous n'avons pas noté ce que c'est.»

Simon Favre, étudiant de Bex, a donné une boucle de cheveux. «Ils sont tellement beaux, explique-t-il ironiquement. Je laisse une trace, c'est comme si j'étais encore un peu vivant. Les gens du futur arriveront peut-être à me cloner, même si ce que j'ai donné ne suffirait pas pour un clonage aujourd'hui.» Tous ces objets permettront aux archéologues du futur de mieux connaître notre époque. «Ce ne sont pas toujours de beaux vestiges qui donnent des informations aux archéologues. Nos descendants imagineront peut-être que nos CD étainet des objets rituels ou des pendentifs», conclut Sandrina Cirafici.

Grande fête celte et romaine, samedi de 10 à 18H, Massongex, place Gabriel Donnet. Au programme: repas galo-romain, atelier de poterie, contes, musique celtique et coulage de monnaies. L'enfouissement du legs aux archéologues du futur a lieu à 11h.

Revue de presse