La Presse Riviera-Chablais 15-12-2004

«Bex au fil du temps», ou une exposition qui retrace la rusée vers l'or blanc

Un filon salin passablement pimenté

Photographies d'époque et d'aujourd'hui, anecdotes et visites de la commune au sel, le Musée historique du Chablais lorgne sur un pan du passé. De la ruée vers l'or blanc jusqu'à l'époque de «Bex-les-Bains».

Dames en crinoline, l'ombrelle et le chapeau «Belle Epoque» à portée de main, Sandrina Cirafici et Denise Favre ont un petit faible pour les anecdotes croustillantes qui dévoilent les «VIP» du Bex d'antan. Chateaubriand ? L'homme des «Mémoires d'outre-tombe» ne tarissait pas d'éloges pour une délicatesse regardant de prime abord le commun des mortels, en l'occurrence la truite de l'Hôtel de l'Union. Alexandre Dumas ? Une folle chevauchés perché sur le toit de la «Dame du Lac», la diligence qui faisait la navette entre Villeneuve et Bex. Le compositeur Franz Liszt ? Avec sa maîtresse Marie d'Agoult, déambulant dans les rues bellerines et tétant le cigare au «grand ébahissement» de la population. Balzac ? Avec sa maîtresse, déguisée en valet...

L'AFFLUX DU TOURISME

Premier volet d'un triptyque intitulé «Bex au fil du temps», les savoureuses historiettes du duo Cirafici-Favre pimenteront deux heures par semaine le dernier-né du Musée historique du Chablais. Contes, visites guidées de Bex et mises en perspectives photographiques, l'exposition retrace ainsi «les dessous d'une histoire qui ne manque pas de sel: la ruée sur l'or blanc», glisse la conservatrice Sandrina Cirafici. Avec la découverte salifère, les Bellerins vont devoir composer, entre les XVIIIe et XIXe siècle, avec l'afflux du tourisme. C'est d'abord le poète vaudois Eugène Rambert, qui s'exclame: en 1871: «Bex est l'endroit au monde où il fait le plus beau se promener».

Ce sont ensuite les bains salins dans lesquels s'immergeront Tolstoï, Nietzsche et Victor Hugo: «Les bains étaient en effet réputés soigner plus de 57 maladies, dont la stérilité». Ce sont enfin les dédales des mines. En témoigne l'admiration pittoresque du pasteur Bordier, en 1772: «Les souterrains procurent plus d'admiration que les routes secrètes de la grand pyramide d'Egypte».

Le deuxième volet de l'exposition, plus conventionnel, retrace l'histoire bellerine à grands renforts de gravures, de clichés sépia, et de clichés contemporains du photographe et coauteur de «Bex au fil du temps», Jean-Marc Cherix.

Des morceaux choisis d'auteurs, à l'instar de Théophile Gautier, facilitent la compréhension de l'image. «C'est une sorte de «peep-show», poursuit Sandrina Cirafici, qui nou sinvite à reluquer les dessous de cette histoire. Celle d'un village qui a poussé comme un champignon grâce à l'exploitation du sel et du gypse».

D'ABORD A TUTTLINGEN

A la découverte de ces photographies, prises exactement sous le même angle de vision, le visiteur constatera que Bex n'a pas beaucoup changé depuis le début du 20è siècle. Un âge d'or de la commune, au service d'un développement urbanistique quelques peu anarchique: «A la Belle Epoque, on a construit n'importe comment. Les hôtels et les pensions pullulaient». Le mythe s'effondrera avec, semble-t-il, la Grande Guerre et l'émergence des bains de Lavey: «Les eaux étaient chaudes, à l'inverse de celles de Bex, qu'il fallait chauffer à grands frais».

Enfin, en guise de dernier volet,  «Bex au fil du temps» descendra aussi dans les rues à raison de deux visites guidées hebdomadaires.

L'exposition s'inscrit dans le cadre des 25 ans du jumelage avec Tuttlingen: «C'est à la demande de la commission de jumelage que cette exposition a été préparée», précise le secrétaire municipal. Présentée au mois d'octobre à Tuttlingen, le volet photographique rejoint aujourd'hui les cimaises du Musée historique du Chablais. A découvrir du 18 décembre au 30 janvier prochain.

S.J.

Place du marché à Bex. Ouvert jeudi et vendredi de 17h à 20h, samedi et dimanche de 14h à 17h. Récits anecdotiques les samedis et dimanches de 15h à 16h sur inscription. Idem pour les visites guidées, prévues les samedis et dimanches de 14h à 15h ou sur demande.

 

Revue de presse